Connexion utilisateur

 Le déterminisme du sexe de l'huître creuse Crassostrea gigas : sa cascade moléculaire, sa fenêtre temporelle et ses régulations potentielles chez l'adulte et lors du développement

Equipe 2 : Reproduction et Développement des Organismes Aquatiques : Evolution, Adaptation et Régulations

SANTERRE Christelle

Année de soutenance: 
2012
Résumé: 

Chez l’huître creuse, hermaphrodite successif irrégulier protandre, le mode et la période du déterminisme sexuel restent inconnus. Cette thèse a consisté à préciser la cascade moléculaire et la fenêtre temporelle de ce mécanisme chez l’adulte et lors du développement ainsi que ses régulations épigénétiques et environnementales potentielles. Deux nouveaux acteurs moléculaires respectivement mâle et femelle ont été identifiés, Cg-SoxE et Cg-β-caténine. L’ARN naturel anti-sens de Cg-Foxl2 a aussi été caractérisé ; il pourrait participer à la différenciation gonadique mâle en inhibant l’expression de Cg-Foxl2 par la formation de duplex. Chez l’adulte, les expressions de ces quatre facteurs analysées en qRT-PCR et en hybridation in situ suggèrent que le déterminisme sexuel aurait lieu du stade III d’un cycle gamétogénétique jusqu’au stade 0 du cycle suivant. Un modèle de cascade moléculaire chez l’adulte propose une balance d’expressions entre les facteurs mâles et femelles actuellement caractérisés (dont Cg-DMl, acteur de la différenciation gonadique mâle). Elle pourrait être régulée de façon épigénétique comme c’est le cas pour Cg-Foxl2. Chez le naissain, les profils d’expressions de ces mêmes facteurs (dont Cg-DMl) montrent une balance entre les acteurs mâles et femelles modulée par la température et qui est en accord avec les sexe-ratios, suggérant un déterminisme sexuel température-dépendant. Un modèle de cascade moléculaire proposé chez le naissain élevé à 18°C en conditions nutritionnelles optimales suggère que le déterminisme sexuel aurait lieu vers 40-44 jpf, avant l’apparition des premiers canaux collecteurs vers 49 jpf.

Fichier attaché (PDF):