Connexion utilisateur

Observatoire Binational du Lac Titicaca (OBLT)

Thème général

Le Lac Titicaca est le plus grand lac d’eau douce d’Amérique du Sud (8.300 km2, 170 km x 60 km) et le plus haut des Grands Lacs du Monde (3.810 m s.n.m.). Situé sur l’Altiplano entre les deux Cordillères des Andes, transfrontalier entre le Pérou et la Bolivie, il est à la fois tropical (16 º S, 69 º W) et de montagne, ce qui lui confère des caractéristiques uniques au niveau mondial. Ce lac endoréique contribue au microclimat régional. Il est un ‘hotspot’ de diversité et d’endémisme, mais certaines espèces y sont menacées d’extinction. Encore intact il y a quatre décennies, aujourd‘hui, suite aux contaminations minières, industrielles et urbaines, les zones peu profondes sont contaminés et eutrophisés, comme les estuaires des principales rivières Ramis et Suchez, ainsi que les baies de Puno, de Copacabana et plus particulièrement de Cohana dans le Petit Lac, exutoire de la ville de El Alto (1,2 M hab.) fondée il y a 15 ans. Paradoxalement, le Lac Titicaca n’a jamais fait l’objet d’aucun suivi continu à long terme.

Ainsi, l’Observatoire Binational du Lac Titicaca (OBLT) est progressivement mis en œuvre depuis 2015, impulsé par Xavier Lazzaro (IRD/BOREA), afin de suivre l’évolution de la qualité de l’eau et celle des ressources hydriques et hydrobiologiques. Il a également pour but de prévoir, ou pour le moins anticiper, les évènements extrêmes induits par les changements climatiques et les pressions anthropiques – comme les blooms (proliférations) de microphytoplancton dues à l’eutrophisation et les pertes de biodiversité dues à la contamination – mais aussi les améliorations attendues suite à la mise en route des futures stations d’épuration des eaux usées. L’OBLT résulte de la collaboration entre institutions scientifiques et techniques boliviennes (UMSA, VRHR/MMAyA, IPD PACU/MDRyT, UOB, SENAMHI-BO) et péruviennes (IMARPE, PELT, SENAMHI-PE) avec la coopération française (Représentation IRD en Bolivie avec les UMR BOREA, GET, LTHE et ISTERRE). Il fonctionne grâce aux interactions entre différents modules de mesures (programmes de recherche dédiés, expéditions binationales, données/images satellites, suivis automatisés continus), de stockage de bases de données, d’analyses et visualisation (système d’information, infrastructure de données spatiales), et d’actions (dialogue, gouvernance) coordonnées entre les scientifiques, les décideurs politiques et la société civile.

Objectifs de l’OBLT

  • Développer des recherches sur le fonctionnement écologique et biogéochimique du Lac Titicaca, en relation avec les changements globaux
  • Mettre en œuvre un suivi automatisé-routinier afin d’accompagner l’évolution environnementale et vérifier l’efficacité des mesures prises
  • Produire des bases de données de qualité, actualisées et validées, pour les recherches des scientifiques, la prise de décisions des politiques, au service de la société civile (information, éducation, amélioration des conditions de vie)
  • Identifier les sources et les sites de contamination, leurs effets sur la qualité de l’eau, les bilans hydrologiques, les ressources hydrobiologiques et les activités humaines
  • Anticiper les évènements extrêmes et contrôler l’eutrophisation induite par les changements climatiques et anthropiques
  • Concevoir et tester des approches de biorestauration par ingénierie écologique
  • Devenir un modèle d’observation, gestion et gouvernance pour les écosystèmes lacustres transfrontaliers 

Les vidéos et le documentaire

Documentaire « Titicaca – La fièvre du Lac Sacré » (20 min en Italien), coproduction ELANDRA-IRD, conseillers scientifiques : Xavier Lazzaro & Jacques Gardon, cinéastes : Francesca Massa & Jacopo Tofani ; présenté (à partir de la 50ème min) au cours du programme SCALA MERCALLI à la TV RAI le samedi 12 mars 2016 
Vidéo "Témoignages sur le changement climatique dans le bassin binational du Lac Titicaca" (12 min en espagnol), réalisé par Xavier Lazzaro et Simón Avilés pour la COP20 à Lima, décembre 2014 Vidéo "Xavier Lazzaro - Don Ramón Catari, Propos autour du Lac Titicaca" (9min16, version originale en français - espagnol, avec sous-titres en français). Film de présentation du travail des chercheurs de l’IRD en Bolivie, réalisé par Antoine Deprez-Segobia, stagiaire, encadré par le service Audiovisuel de l'IRD, novembre 2015. Une longue histoire d’amitié mais aussi de science lie les deux hommes qui travaillent depuis plus de 30 ans sur le Lac Titicaca. Aujourd’hui, l’équilibre du Lac est menacé par l’expansion des grandes villes du pays. Les signaux sont forts : il y a quelques mois le Lac a changé de couleur, il est devenu vert. Ce portrait croisé du lac et des chercheurs qui l’étudient pose en fond la question de l’impact de l’homme sur son environnement  Tutoriel vidéo de l’infrastructure de données spatiales, le GeoVisor IIGEO/UMSA « Contamination de El Alto au Lac Titicaca » (17 min en Espagnol), réalisé par Javier Nuñez Villaba & Xavier Lazzaro, co-production IIGEO/UMSA-IRD/DSI, produit par Fermin Cruz (CONTRAPLANO), mars 2016 
     

 

Axes de recherche

Le Lac Titicaca est un site atelier où sont développées des recherches multidisciplinaires concernant :

  • Connaissance du fonctionnement écologique, biogéochimique, limnologique et photobiologique : éléments pour la gestion et restauration d’un écosystème aquatique tropical d’altitude
  • Interactions trophiques entre communautés de poissons, plancton, macrophytes, périphyton et benthos : combinant observations in situ, expérimentations en mésocosmes et modélisation
  • Quantification des changements globaux (climatiques plus anthropiques) et de leurs impacts sur l’évolution de la qualité de l’eau, des ressources hydriques et hydrobiologiques
  • Quantification des contaminations, de l’eutrophisation, de leurs impacts et contrôles
  • Développement de programmes de suivi et surveillance pour la production de bases de données scientifiques de qualité, actualisées et validées, et la mise en place d’alertes précoces pour la prévision/anticipation d’évènements extrêmes indésirables
  • Mise en œuvre d’un réseau d’observations automatisées haute fréquence continues à long terme : utilisant des bouées équipées de sondes combinant la mesure de données physico-biogéochimiques in situ et hydrométéorologiques sur des stations de référence
  • En parallèle, évaluation des dynamiques spatiales, saisonnières, interannuelles à partir d’expéditions biannuelles de mesures sur l’ensemble du Lac, en vue de l’établissement d’une zonification écologique des usages et services écosystémiques
  • Utilisation de données/images satellites pour l’extrapolation spatio-temporelle des données in situ à l’ensemble du Lac : e.g. concentration en chlorophylle-a du phytoplancton, transparence/atténuation de la radiation solaire UV-PAR dans la colonne d’eau, extension et biomasse des herbiers à macrophytes
  • Conception d’approches alternatives à base d’ingénierie écologique (e.g. phytorémédiation et biomanipulation) pour gérer et restaurer les milieux dégradés
  • Développement d’une plateforme digitale combinant un système d’information et une infrastructure de données spatiales pour capitaliser les bases de données, les analyser, croiser les informations environnementales et socio-économiques, et visualiser les évolutions spatiales et historiques
  • Devenir une référence internationale dans l’observation, la gestion et la gouvernance des écosystèmes lacustres transfrontaliers

POUR EN SAVOIR PLUS

Liens :

Recherches et travaux de l’IRD en Bolivie réalisés avec les partenaires boliviens et péruviens sur le Lac Titicaca 

Liens vers les institutions et les chercheurs 

Texto de la pagina web - versión española

Documento completo -  versión española 

MENTION SPÉCIALE: Nous tenons à remercier profondément toute la famille Catari de Huatajata, en particulier Don Ramón, Don Máx, Erik et Rubén, pour partager leurs expériences, leurs infrastructures et leur amitié avec nous. Sans eux, depuis près de quatre décennies, nous n’aurions pas pu vivre cette aventure scientifique sur le Lac Titicaca. XL

MENCIÓN ESPECIAL: ¡Agradecemos profundamente a toda la familia Catari de Huatajata, en especial a Don Ramón, Don Máx, Erik y Ruben, para compartir sus experiencias, sus infraestructuras y su amistad con nosotros. Sin ellos, durante casi cuatro décadas, no hubiéramos podido vivir esta aventura científica en el Lago Titicaca. XL