Connexion utilisateur

Empirical observations of the spawning migration of European eels: the long and dangerous road to the Sargasso Sea

14 mar 2017
Article à la Une
Mercredi, Mars 15, 2017 - 08:00
Isabelle MOUAS

Empirical observations of the spawning migration of European eels: the long and dangerous road to the Sargasso Sea. David Righton,Håkan Westerberg, Eric Feunteun, Finn Økland, Patrick Gargan, Elsa Amilhat, Julian Metcalfe, Javier Lobon-Cervia, Niklas Sjöberg, Janek Simon, Anthony Acou, Marisa Vedor, Alan Walker, Thomas Trancart, Uwe Brämick and Kim Aarestrup. 
Science Advances  05 Oct 2016: Vol. 2, no. 10, e1501694.DOI: 10.1126/sciadv.1501694
 

La migration de reproduction des anguilles (Anguilla anguilla) jusqu’en mer des Sargasses est l’une des plus grandes migrations animales. La migration transocéanique de cette espèce étudiée depuis l’antiquité reste très mal connue. A partir de suivis réalisés dans 20 sites d’Europe nous avons montré que la plupart des anguilles débutent leur migration entre août et décembre de chaque année. Nous avons eu recours à la télémétrie électronique pour cartographier les migrations marines des anguilles marquées et relâchées dans 4 régions d’Europe. A l’aide d’un effort sans précédent, nous avons pu marquer 707 anguilles, desquelles 206 jeux de données ont pu être récupérés. La plupart des anguilles ont été prédatées peu de temps après avoir été relâchées, mais nous avons pu reconstruire en détail les routes migratoires de plus de 80 anguilles. Les routes s’étendent de l’Ouest de l’Europe continentale jusqu’aux Açores, à plus de 5000 km en direction de la mer des Sargasses. Toutes les anguilles effectuaient des migrations verticales journalières avec des plongées jusqu’à 800 m durant la journée et plus proche de la surface pendant la nuit. La vitesse de migration était comprise entre 3 et 47 km par jour. A partir des suivis historiques des larves leptocéphales d’anguilles dans la mer des Sargasses, nous avons montré que la reproduction des anguilles se déroulait à partir de décembre avec un pic en février (autour du 14 pour la Saint Valentin !).

La synthèse de ces résultats nous a permis de montrer que le timing de la migration et de la ponte sont incohérents avec la théorie tenue depuis plus de cent ans selon laquelle la ponte se déroule au cours du printemps suivant leur départ des cours d’eau européens. Alternativement nous proposons que les anguilles adoptent une stratégie mixte, avec certains individus migrant rapidement tandis que d’autres arrivent à la saison de migration suivante. Ces résultats ont des conséquences fortes pour la gestion de l’anguille. 

Contact BOREA : Eric Feunteun, professeur MNHN, eric.feunteun@mnhn.fr