Connexion utilisateur

MIDAS

MIDAS : Managing Impacts of Deep-seA reSource exploitation (7th FP, project n°603418, coord. Prof. P. Weaver, UK)

Equipe 3 : Adaptation aux Milieux Extrêmes
2014 - 2016
Type de programme: 
Européen

L'international Seabed Authority (ISA) a récemment autorisé l'exploration de zones dans l'Océan Profond susceptibles d'être l'objet d'exploitation minière (voir le site internet de l'ISA, Kingston, Jamaïque). Si l'activité minière sous-marine est un jour autorisée, elle aura un impact important sur les écosystèmes profonds. Il est donc urgent d'augmenter nos connaissances en écologie, biologie, physique et géologie de ces environnements, afin de permettre à notre société de faire des choix en toute connaissance de cause. Le projet européen MIDAS (Managing Impacts of Deep-seA reSource exploitation, 2014-2016) a pour ambition d'évaluer l'impact environnemental d'une telle exploitation. Regroupant une trentaine de partenaires académiques et industriels, le consortium MIDAS aborde plusieurs thèmes : 1) la destruction physique du fond, la création de rejets miniers et le potentiel d'induction de glissements de terrain sous-marins 2) les effets potentiels d'une "plume" d'extraction dans la colonne d'eau 3) les effets de composés toxiques dispersés par l'activité minière sous-marine.

 

Notre UMR, et l'équipe 3 en particulier (AMEX) représente le partenaire UPMC. Notre équipe étudie la Biologie des organismes des sources hydrothermales profondes, et ces dernières suscitent un grand intérêt auprès des industriels, en raison de leur richesse en sulfures polymétalliques. Dans le cadre de MIDAS, nous étudions les capacités sensorielles des crevettes hydrothermales profondes, car la dispersion de rejets miniers dans la colonne d'eau est susceptible de perturber le comportement de ces invertébrés. Nous étudions également les moules qui vivent en double symbiose avec des bactéries utilisant les sulfures et le méthane provenant des fluides hydrothermaux.

Nous étudions par ailleurs (en collaboration avec l'Université d’Algarve) la réponse moléculaire de ces organismes, lors d'incubations expérimentales en présence de composés tels que le Cuivre en solution, les sulfures et le méthane. Ces composés sont des rejets probables (et toxiques) de l'exploitation minière des édifices hydrothermaux. Les instruments pressurisés développés dans l'équipe (aquarium IPOCAMP et cellule de récolte PERISCOP) et à l'aquarium Océanopolis de Brest (AbyssBox) sont ainsi mis à contribution, afin de permettre l'étude sur des organismes vivants.