Connexion utilisateur

BUFFET Jean-Philippe

Statut: 
Post-doctorant.e
Equipe: 
Equipe 1 : Evolution des Biominéralisations et Adaptations aux Contraintes Environnementales
Responsable: 
PJ Lopez
Contrat (dates): 
1 nov 2015 - 30 nov 2017
Localisation: 
MNHN Paris
Financement: 
Convention MNHN/Saint-Gobain Isover
Thèmes de recherche: 

Etude des systèmes d’adhésion de vers marins appartenant à la classe des polychètes : vers la production de colles biologiques adaptées aux environnements humides

Résumé :

Dans le cadre d’une approche biomimétique, je m’intéresse aux bio-adhésifs naturels présentant de hautes performances en milieu humide, particulièrement intéressant sur le plan industriel. Les bio-adhésifs sont retrouvés chez une multitude d’espèces de bactéries, de champignons, de protistes, de végétaux et d’animaux. Parmi les organismes sur lesquels les équipes de l’UMR BOREA travaillent, les vers tubicoles marins appartenant à la classe des polychètes vivent dans des tubes protecteurs qu’ils fabriquent avec un assemblage de grains de sable, de morceaux de coquille et d’une colle aquatique à base de protéines, de polysaccharides et d’ions. Certaines espèces vivant de manière isolée vont former des tubes flexibles alors que d’autres vont former des tubes plus rigides ; d’autres espèces encore forment des tubes rigides mais vivent en colonies et construisent ainsi de véritables récifs. Dans ce contexte, l’équipe de R&D « Produits, Systèmes et Solutions » de Saint-Gobain Isover et l’équipe « Evolution des Biominéralisations et Adaptation aux Contraintes Environnementales » s’associent pour développer une approche biomimétique visant à identifier, caractériser les molécules d’adhésion de vers tubicoles marins et étudier la transférabilité des composés identifiés vers des processus industriels. L’objectif principal de ce projet post doctoral est d’identifier les domaines et motifs moléculaires impliqués dans l’adhésion de plusieurs espèces de polychètes tubicoles marins (e.g., Sabellaria alveota, Lanice conchilega, Phragmatopoma caudata), provenant d’écosystèmes différents (tempérés et tropicaux). Dans un premier temps, les gènes codant pour les précurseurs protéiques et les enzymes permettant la synthèse de polysaccharides seront identifiés par des études de génomique comparative et de transcriptomique. Dans un second temps, les molécules formant la bio-colle seront extraites puis caractérisées par spectrométrie de masse ainsi que par résonnance magnétique nucléaire. En partenariat avec les équipes de Saint Gobain Isover, la perspective de développement industriel d’adaptation et de transfert des molécules et/ou des fonctions identifiées sera ensuite étudiée.