Connexion utilisateur

CHERIF FEILDEL Maëva

Statut: 
Doctorant.e
Equipe: 
Equipe 2 : Reproduction et Développement des Organismes Aquatiques : Evolution, Adaptation et Régulations
Responsable: 
Kristell KELLNER et Clothilde HEUDE
Contrat (dates): 
1 oct 2015 - 31 aoû 2018
Localisation: 
IBFA - Université de Caen
Ecole doctorale: 
EDNBISE
Financement: 
Ministère (bourse ministérielle)
Thèmes de recherche: 

Structure et fonctionnement de la niche germinale chez un hermaphrodite alternatif,  l’huître creuse Crassostrea gigas

 Les cellules germinales souches (CGS) animales, clés de la transmission générationnelle, constituent un axe majeur de recherche fondamentale. Leur microenvironnement (niche germinale) permet le contrôle de leur devenir, autorenouvellement et différenciation. Les acteurs du système insuline assurent, par une action paracrine, un contrôle sur le devenir des cellules souches. En outre le maintien de la pluripotence des CGS mâles ou femelles en lien avec une production locale d’insuline est retrouvé chez de nombreuses espèces. Si ce contrôle paracrine est confirmé chez les lophotrochozoaires, il apparaitrait comme fondamentalement conservé d’un point de vue évolutif.
 
L’originalité de notre modèle, Crassostrea gigas (lophotrochozoaire, mollusque), tient dans l’extrême plasticité de la niche germinale, capable de générer alternativement une lignée mâle ou femelle chez un même individu (hermaphrodisme alternatif). Des marqueurs de CSG sont connus et leur expression validée dans la niche (Vasa, Piwi 1 et 2). Notre équipe a décrit certains acteurs du système insuline et leur rôle dans le contrôle de la reproduction.
 
La thèse explorera la structure, le fonctionnement de la niche germinale et l’implication du signal insuline chez ce lophotrochozoaire. Elle s’appuiera sur des marqueurs structurels (cadhérine, alpha-tubuline), de pluripotence (Sox, Gata 1, Klf) et de CSG (Vasa, Piwi 1,2), retrouvés chez l’huître par HIS et immunofluorescence, pour préciser les étapes de renouvellement, de différenciation et de possible dédifférenciation. L’ensemble des acteurs du signal insuline sera identifié et leur expression caractérisée au sein de la niche. Des outils fonctionnels seront développés pour établir le rôle d’effecteurs du signal insuline sur le statut des CSG à partir d’enrichissements de tris cellulaires ou de culture d’explants, ils viendront en appui aux méthodes de transgenèse développées dans notre équipe.