Connexion utilisateur

MACHON Julia

Statut: 
Doctorant.e
Equipe: 
Equipe 3 : Adaptation aux Milieux Extrêmes
Responsable: 
Juliette Ravaux et Magali Zbinden
Contrat (dates): 
1 oct 2015 - 30 sep 2018
Localisation: 
Université Pierre et Marie Curie (UPMC)
Ecole doctorale: 
ED227
Financement: 
UPMC
Thèmes de recherche: 

Adaptations sensorielles chez les crevettes hydrothermales profondes : comparaison des facultés sensorielles de la crevette hydrothermale Mirocaris fortunata et de la crevette côtière Palaemon elegans

Résumé :

Mes travaux portent sur les facultés et éventuelles adaptations sensorielles de la crevette hydrothermale profonde Mirocaris fortunata (Alvinocarididae) de la dorsale Médio-Atlantique. Les capacités de perception de l’environnement des espèces hydrothermales ont globalement été peu étudiées, malgré leur importance pour la compréhension du cycle de vie de ces espèces et leur évolution à long-terme. Cette thèse a pour objectif de mettre en évidence les mécanismes qui permettent aux crevettes hydrothermales de se repérer dans leur milieu en absence de lumière, pour localiser leurs sources de nourriture, ainsi que les émissions de fluide hydrothermal dont les composés réduits sont la base trophique des écosystèmes hydrothermaux. Dans un contexte socio-économique où les sources hydrothermales sont la cible des industries minières, il est urgent de mieux comprendre ces mécanismes afin de pouvoir évaluer la vulnérabilité des espèces hydrothermales face aux possibles perturbations créées par cette exploitation minière. La crevette côtière apparentée Palaemon elegans sera utilisée comme comparatif et pour l’optimisation des méthodes. L’étude sera focalisée sur la chimio- et la thermo-réception, avec plusieurs approches complémentaires en morphologie, comportement, électrophysiologie et biologie moléculaire. Ce projet est mené en collaboration avec l’équipe iEES (UMR PISC 1272), et s’intègre dans le projet européen MIDAS (Managing Impacts of Deep-Sea Resource Exploitation).

Remarques: 
Directrices de thèse : J. Ravaux et M. Zbinden