Connexion utilisateur

LE PABIC Charles

Statut: 
Post-doctorant.e
Equipe: 
Equipe 1 : Evolution des Biominéralisations et Adaptations aux Contraintes Environnementales
Equipe 2 : Reproduction et Développement des Organismes Aquatiques : Evolution, Adaptation et Régulations
Responsable: 
Laure Bonnaud-Ponticelli-Pascal Lopez
Contrat (dates): 
1 oct 2014 - 30 sep 2016
Localisation: 
MNHN Paris
Financement: 
ATER-MNHN
Thèmes de recherche: 

Sujet de recherche: Développement et évolution de la coquille de seiche, Sepia officinalis (Mollusque, Céphalopode)

Ce sujet est développé entre les équipes 1 et 2 de l'UMR.

Parmi les Mollusques Céphalopodes, les seiches et les spirules sont les seules espèces à posséder une coquille interne calcifiée. La structure et l’organisation minérale de la coquille de seiche adulte, ou sépion, sont relativement bien connues. Le sépion est composé de multiples couches (septes = cloisons) séparées et soutenues par des piliers, formant des loges utilisées par l'animal comme ballasts pour contrôler sa flottabilité. Chez l’adulte, la coquille est constituée d’aragonite, la morphologie fine et la composition minérale ont en partie été déterminées. L’embryon de seiche se développe au sein d’une capsule constituée d’enveloppes épaisses permettant des échanges avec l’extérieur. Le développement est direct, sans métamorphose, et la coquille commence à se mettre en place dès la fermeture du sac coquillier, résultant d’une invagination du manteau. La coquille embryonnaire reste visible dans la partie la plus postérieure de l’os adulte.

Aucune étude spatio-temporelle de la composition du sépion ni du contrôle moléculaire de sa formation n’a été entreprise chez l’embryon.  Les questions auxquelles je tente de répondre:

  1. Avant éclosion: comment cette architecture se met-elle en place?
  2. Y a-t-il des différences entre populations d’une même espèce, entre espèces différentes ?
  3. Comment et sur quelle base organique se met en place le carbonate de calcium?
  4. Quels sont les processus moléculaires qui contrôlent la formation de la coquille ?

Les premiers résultats sur le développement de la coquille chez l’embryon avant éclosion, par une étude d’incorporation de la calcéine, nous a permis de mettre en évidence une dynamique rapide de la minéralisation. Nous souhaitons comparer les résultats obtenus à ce qui est connu chez le juvénile et chez l’adulte en considérant à la fois l’espace (zone de la coquille), le temps (développement, cycle biologique, évolution de l’espèce) et le lieu (impact du milieu environnant). L’aspect comparatif entre différentes populations et différentes espèces est un point important de même que les analyses évolutives et phylogénétiques. Les résultats attendus nous permettront d’apporter des éléments de réponse à la compréhension de l’évolution de la coquille dans la lignée des céphalopodes et des Mollusques en général.

Ce projet est soutenu en partie par l’ATM Minéral-Vivant.

Remarques: 
ATER dans les équipes 1 et 2