Connexion utilisateur

THOMAS Carole

Statut: 
Doctorant.e
Equipe: 
Equipe 4 : Dispersion Larvaire et Organisation en Milieu Austral et Insulaire Tropical
Responsable: 
C. Ellien/ Thierry Simon (Univ la Reunion)
Contrat (dates): 
1 oct 2014 - 30 sep 2017
Localisation: 
MNHN Paris
Ecole doctorale: 
227 MNHN
Financement: 
Ministère UPMC, Programme doctoral Interface Pour le Vivant IPV 2014 - 2017
Thèmes de recherche: 

 

Titre : Etude du "bichique" à La Réunion: du recrutement d'une espèce amphidrome à l'éco-socio-système

Mots clés : Gobies, Recrutement larvaire, La Réunion, Pêche traditionnelle, Socio-écosystème

La pêche des post-larves de gobies, à La Réunion, est une activité à forte valeur économique et patrimoniale. Dans ce projet de thèse, l’écologie marine s’associe aux sciences humaines et sociales pour étudier l’affaiblissement du recrutement larvaire et ses répercussions sur le socio-écosystème.

L’activité, historiquement traditionnelle et informelle, qui se déploie dans les embouchures de rivières, constitue un obstacle à la continuité écologique des cours d’eau pour la libre circulation des espèces diadromes, d’après la Directive Cadre sur l’Eau. S’ajoute la raréfaction des espèces cibles, qui remet en question la liberté passée et actuelle de pratiquer cette pêche sans autorisation. Cependant, règlementer cette activité s’avère difficile car elle est informelle, en constante évolution et financièrement importante pour de nombreuses familles. D’un autre côté, les espèces cibles Sicyopterus lagocephalus et Cotylopus acutipinnis sont deux acteurs majeurs de la biodiversité faunistique des rivières de La Réunion, considérées comme des espèces « parapluies » qu’il est important de protéger.

Dans ce contexte, il s’agit d’étudier la variabilité du recrutement de ces espèces amphidromes à La Réunion pour enrichir l’état des connaissances sur leur écologie de vie et d’autre part d’étudier l’évolution des pratiques de pêche et des relations entre acteurs (pêcheurs, politiques, scientifiques, association, services de l’état) pour comprendre in fine le fonctionnement du socio-écosystème.

Fichier attachéTaille
PDF icon Carole THOMAS CV2017.pdf289.14 Ko