Connexion utilisateur

Offre de thèse | Etude de la relation entre biodiversité et productivité phytoplanctonique dans les écosystèmes marins anthropisés

20 avr 2017
Offres d'Emploi/Stage
Jeudi, Avril 20, 2017 - 08:00
Isabelle MOUAS

Laboratoire d’accueil :
UMR BOREA, Université de Caen, Caen

Contexte :
Les écosystèmes côtiers anthropisés sont fortement productifs mais cette productivité est mal estimée et les relations entre la biodiversité et la productivité restent à explorer. En effet, le compartiment phytoplanctonique est souvent réduit à la teneur en chlorophylle du milieu. Or, l’estimation de la biomasse chlorophyllienne ne donne qu’une image figée et ne révèle pas la complexité de ce compartiment. Les concentrations mesurées omettent ainsi une stupéfiante diversité et sont la résultante de la production nette, de la dilution par les courants, de la mortalité et de la photoacclimation. L’estimation de la production primaire doit nous permettre d’appréhender la dynamique de la production du système étudié en amont de la biomasse chlorophyllienne, c’est-à-dire, calculer le flux d’énergie et de carbone vers les niveaux trophiques supérieurs. Les données de production primaire disponibles sur les côtes européennes sont rares et ponctuelles. Cependant, l’UMR BOREA développe depuis quelques années des approches innovantes afin d’étudier la productivité primaire à haute fréquence spatiale et temporelle. Ces approches basées sur le couplage de la fluorimétrie modulée (mesures du taux de transport d’électron-ETR) et du 13C, nous permettent de disposer de méthodologies robustes afin de mener en synergie des études in situ et en laboratoire. La thèse aura ainsi deux objectifs complémentaires: le premier sera de poursuivre les travaux de photobiologie sur les relations entre l’ETR et la fixation du C chez différents phyla de microalgues en fonction de forçages abiotiques. Le second objectif sera d’étudier in situ et en mésocosmes la relation entre la biodiversité et la productivité phytoplanctonique à haute fréquence en utilisant différents indicateurs de biodiversité (pigmentaires, cytométriques, moléculaires, morphologiques). Ces travaux se placeront dans une étude diachronique du phytoplancton en baie de Seine en relation avec les pressions environnementales. Ce travail sera réalisé en collaboration avec le LERN-IFREMER.

Directeur de thèse à contacter :
Pascal Claquin, Professeur
Courriel : pascal.claquin@unicaen.fr
Tél. : 0231565112 / 0231362233

Adresser un CV et une lettre de motivation pour le 15 mai

L’étudiant(e) sélectionné(e) devra ensuite présenter sa candidature devant l’école doctorale EdNBISE