Connexion utilisateur

Programmes de recherche nationaux et régionaux

Equipe 4 : Dispersion Larvaire et Organisation en Milieu Austral et Insulaire Tropical

Révision de la taxonomie ichtyologique en métropole

2013 - 2018

BOREA et l’Onema collaborent à la mise à jour et à l’adaptation du référentiel taxonomique piscicole, des connaissances et des outils utilisés par les agents de l’Onema et des différents acteurs de l’eau. En effet, le changement du nombre d’espèces ou de leur validité a des conséquences directes sur l’application des indices de qualité ou des textes réglementaires, tant au niveau national que des directives européennes, ainsi que sur les listes rouges UICN.

MYCTO 3D

2012 - 2016

Structuration à grande- et méso-échelles d’une ressource méconnue mais d’une importance écologique considérable : le cas des poissons-lanternes (Myctophidae) de l’océan Austral.

Campagne océanographique IPEV du « Marion-Dufresne » : février 2014 zone frontale polaire à l’est du plateau de Kerguelen.

CHLORINDIC

2012 - 2016

Une contamination importante par les pesticides a été mise en évidence au début des années 2000 en Guadeloupe et en Martinique (îles des Antilles françaises). Bien qu'ils aient été interdits d'utilisation dans les années 1990, des molécules toxiques et persistantes sont toujours présentes dans les sols, avec des concentrations atteignant 10 mg.kg-1 pour la chlordécone (Kepone®), organochloré le plus préoccupant.

Equipe 5 : Diversité et Interactions dans les Ecosystèmes Côtiers

FLAM

2013 - 2015

Les eaux côtières continentales de la Manche, depuis les côtes Normandes jusqu’aux côtes Picardes, sont soumises à l’influence majeure des apports déséquilibrés de nutriments de la Seine engendrant un état d’eutrophisation chronique du panache du fleuve. En parallèle, plusieurs épisodes d’efflorescences microalgales indésirables (Pseudo-nitzschia spp. et Dinophysis sp.) compromettant les activités de pêche et conchyliculture ont été observés dans cet écosystème.

PROUESSE

2013 - 2017

L’estimation de la production primaire doit permettre d’appréhender la dynamique de la production du système étudié en amont de la biomasse chlorophyllienne, c’est-à-dire, calculer le flux d’énergie et de carbone vers les compartiments du réseau trophique supérieur. Dans les estuaires, la production secondaire est soutenue par l’apport de matière organique qui peut avoir une origine allochtone ou autochtone. L’origine et le devenir de la matière dans les estuaires répondent à des processus extrêmement complexes et variés.

BARBES

2013 - 2017

La morphologie générale des zones intertidales et le transport sédimentaire en réponse aux variations des facteurs hydrodynamiques sont déjà en partie modélisés avec l’outil MARS-3D (Ifremer). Dans le cadre du projet BARBES un effort particulier est réalisé pour prendre en considération l’impact de l’activité des communautés benthiques sur le transport sédimentaire. Les modifications de l’érodabilité des sédiments par les communautés benthiques naturelles ont déjà fait l’objet de quelques études expérimentales.

ANTHROPOSEINE

2013 - 2017

Les méthodes de l’analyse numérique des réseaux trophiques permettent d’intégrer les savoirs accumulés sur les différentes populations qui composent les écosystèmes sous une forme synthétique. L’objectif du projet ANTROPOSEINE est d’appliquer ces méthodes à l’estuaire de la Seine afin de promouvoir une approche intégrative, basée sur le fonctionnement des écosystèmes et visant à caractériser (1) la contribution des différents secteurs et habitats de l’estuaire de la Seine à la capacité trophique du milieu, (2) l’état de santé de l’écosystème et (3) son évolution.

SMILE

smile
2013 - 2019

Fruit d’une collaboration étroite entre l’université de Caen Normandie, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et la société NKE instrumentation, le projet Système de mesure instrumenté pour l’environnement littoral (SMILE) poursuit des objectifs d’observation, de surveillance et de recherche de la baie de Seine. C’est dans ce cadre que, le 4 juin 2015, a été déployée au large de la station marine de Luc-sur-Mer une bouée instrumentée permettant l’acquisition de paramètres environnementaux à haute fréquence.

TAPAS

2011 - 2013

L’écosystème de la Baie de Seine est fortement influencé par les apports de nombreux bassins versants dont celui de la Seine, et reçoit donc de nombreux apports d’origines industrielle, agricole et domestique. En outre, les sels nutritifs délivrés par ces apports fluviaux affectent fortement cette zone côtière eutrophisée où des efflorescences de phytoplancton toxique sont observées régulièrement.

Pages