Connexion utilisateur

Programmes de recherche nationaux et régionaux

Equipe 4 : Dispersion Larvaire et Organisation en Milieu Austral et Insulaire Tropical

Révision de la taxonomie ichtyologique en métropole

2013 - 2018

BOREA et l’Onema collaborent à la mise à jour et à l’adaptation du référentiel taxonomique piscicole, des connaissances et des outils utilisés par les agents de l’Onema et des différents acteurs de l’eau. En effet, le changement du nombre d’espèces ou de leur validité a des conséquences directes sur l’application des indices de qualité ou des textes réglementaires, tant au niveau national que des directives européennes, ainsi que sur les listes rouges UICN.

MYCTO 3D

2012 - 2016

Structuration à grande- et méso-échelles d’une ressource méconnue mais d’une importance écologique considérable : le cas des poissons-lanternes (Myctophidae) de l’océan Austral.

Campagne océanographique IPEV du « Marion-Dufresne » : février 2014 zone frontale polaire à l’est du plateau de Kerguelen.

CHLORINDIC

2012 - 2016

Une contamination importante par les pesticides a été mise en évidence au début des années 2000 en Guadeloupe et en Martinique (îles des Antilles françaises). Bien qu'ils aient été interdits d'utilisation dans les années 1990, des molécules toxiques et persistantes sont toujours présentes dans les sols, avec des concentrations atteignant 10 mg.kg-1 pour la chlordécone (Kepone®), organochloré le plus préoccupant.

Equipe 5 : Diversité et Interactions dans les Ecosystèmes Côtiers

PHARESEE

2017 - 2020

Résumé du projet :

Ce projet propose de modéliser la production primaire microphytobenthique en relation avec la dynamique sédimentaire et les processus biogéochimiques impliquant la reminéralisation de la matière organique, la sécrétion d’exopolymères composant la matière organique dissoute et liée, la production bactérienne et la bioturbation.

Culture d’algues en Normandie sur filières en mer

2016 - 2018

Dans le cadre du développement d’une filière algoculture en Normandie, les objectifs de ce projet portent sur le transfert des technologies pour la culture d’algues brunes en Normandie et sur la mise au point de procédés de culture pour des algues rouges locales. Ce programme doit favoriser le développement et l’intégration de l’innovation technique pour les macroalgues au sein des entreprises aquacoles.

Développement de la culture d’algues brunes locales sur filières en mer en Basse-Normandie

2015 - 2016

Ce projet porte sur des études personnalisées pour la recherche et la mise au point de procédés de culture d’algues brunes locales en mer comme les laminaires et sur l’accompagnement des professionnels dans le transfert des technologies de l’algoculture en Basse-Normandie. La réussite de ce projet passe par la maîtrise des paramètres de culture à tous les stades de développement de l’algue, de l’obtention des semences à la production de plantules et à la croissance de la biomasse algale en mer.

Etude de l’algue invasive Sargassum muticum en vue d’une exploitation et d’une valorisation en Normandie

2015 - 2016

Depuis une vingtaine d’années, l’algue invasive, Sargassum muticum est un problème pour de nombreux secteurs économiques du littoral, notamment la mytiliculture. Depuis 2014, le SMEL, Comité Régional de la Conchyliculture Normandie Mer du Nord (CRCNMdN), la société ALGANACT de Caen et le laboratoire BOREA de l’Université de Caen se sont intéressés au potentiel de valorisation de cette algue brune ainsi qu’au stock présent et exploitable sur un site pilote : Bricqueville sur Mer, sur la côte ouest du Cotentin, avec 3 objectifs majeurs :

FLAM

2013 - 2015

Les eaux côtières continentales de la Manche, depuis les côtes Normandes jusqu’aux côtes Picardes, sont soumises à l’influence majeure des apports déséquilibrés de nutriments de la Seine engendrant un état d’eutrophisation chronique du panache du fleuve. En parallèle, plusieurs épisodes d’efflorescences microalgales indésirables (Pseudo-nitzschia spp. et Dinophysis sp.) compromettant les activités de pêche et conchyliculture ont été observés dans cet écosystème.

PROUESSE

2013 - 2017

L’estimation de la production primaire doit permettre d’appréhender la dynamique de la production du système étudié en amont de la biomasse chlorophyllienne, c’est-à-dire, calculer le flux d’énergie et de carbone vers les compartiments du réseau trophique supérieur. Dans les estuaires, la production secondaire est soutenue par l’apport de matière organique qui peut avoir une origine allochtone ou autochtone. L’origine et le devenir de la matière dans les estuaires répondent à des processus extrêmement complexes et variés.

Pages