Connexion utilisateur

TAPAS

Toxi Algalblooms Phenology in the bAy of Seine

Equipe 5 : Diversité et Interactions dans les Ecosystèmes Côtiers
2011 - 2013
Type de programme: 
National/Régional

L’écosystème de la Baie de Seine est fortement influencé par les apports de nombreux bassins versants dont celui de la Seine, et reçoit donc de nombreux apports d’origines industrielle, agricole et domestique. En outre, les sels nutritifs délivrés par ces apports fluviaux affectent fortement cette zone côtière eutrophisée où des efflorescences de phytoplancton toxique sont observées régulièrement. Historiquement, deux crises majeures ASP (Amnesic Shellfish Poisoning, toxicité due à l’acide domoïque produit par Pseudo-nitzschia sp.) se sont produites en 2004 et 2011, entraînant la fermeture partielle de la pêche de coquille Saint Jacques en Baie de Seine pendant plusieurs mois. En 2005, une toxine produite par Dinophysis sp. (DSP - Diarrheic Shellfish Poisoning) a également engendré des interdictions de pêche dans cette zone.

Objectifs

Identifier les différentes espèces de Pseudo-nitzschia se succédant au cours de l’année en baie de Seine, ce qui nécessite l’utilisation d’une technique de biologie moléculaire permettant l’identification spécifique
Identifier l’induction de la reproduction sexuée chez chacune de ces espèces en milieu naturel afin d’étudier l’influence de ce processus sur la dynamique des efflorescences et sur la production d’acide domoïque
Etudier la variabilité spatio-temporelle de ces phénomènes en rapport avec les panaches des fleuves et rivières en Baie de Seine afin de mieux évaluer leur rôle sur la dynamique spatiale et temporelle des efflorescences de Pseudo-nitzschia sp.
Identifier les facteurs environnementaux (climatiques, physiques, chimiques et biologiques) susceptibles de jouer un rôle majeur sur les successions saisonnières des différentes espèces de Pseudo-nitzschia leur cycle de vie et en particulier sur l’induction de la phase sexuée, et la production d’acide domoïque.

Un suivi in situ sera réalisé sur 2 sites atelier de la Baie de Seine entre avril 2012 – avril 2013. Les 2 sites ateliers propices au développement de Pseudo-nitzschia sp, sont les sites de Luc sur Mer et de Cabourg sur lesquels seront réalisées des radiales côte-large en 3 points à chaque sortie. Ces 2 radiales “encadrent” l’estuaire de l’Orne et peuvent donc en fonction des conditions hydro-climatiques, être sous l’influence simultanément ou non de la Seine et/ou de l’Orne.

Partenaires

Université de Caen Normandie, UMR BOREA, Pascal Claquin  et Juliette Fauchot
Ifremer DYNECO-PELAGOS
Ifremer RDT
Ifremer LER-FBN