Connexion utilisateur

Céline ELLIEN

Portrait de Céline ELLIEN

Statut

Maître de Conférences

Affiliation

Sorbonne Universités - Université Pierre et Marie Curie

Courriel

celine.ellien@upmc.fr

Téléphone

+33 1 40 79 57 48

Fax

+33 1 40 79 37 71

Localisation

Université Pierre et Marie Curie (UPMC)
MNHN Paris

Equipe

Equipe 4 : Dispersion Larvaire et Organisation en Milieu Austral et Insulaire Tropical

Axe/Atelier

Axe Migration et Dispersion
Collecte de pontes, rivière Langevin, Ile de la Réunion.

Thèmes de recherche

Depuis 2009, ma thématique de recherches vise à mieux comprendre l’écologie des poissons diadromes des régions tropicales, principalement à travers l’étude de leur phase marine dispersive. J’ai travaillé sur deux modèles biologiques, illustrant deux caractéristiques de la diadromie :

(1) l’anguille tropicale, diadrome catadrome (i.e. migration des adultes vers la zone de ponte marine, puis retour des juvéniles en rivière pour une phase de croissance, après la phase dispersive océanique) pour laquelle il s’agissait de déterminer, via une approche de modélisation, la localisation potentielle de la zone de ponte dans l'Océan Indien. Cette étude a

été réalisée en collaboration avec l'UMR LOCEAN. A travers cette étude nous avons montré qu'il existe potentiellement une zone de ponte commune aux différentes espèces d'anguilles tropicales, la localisation précise de cette zone ainsi que le succès de recrutement dans les rivières des différentes îles montrant une forte variabilité interannuelle, liée à la variabilité des schémas de circulation océanique;

(2) le gobie Sicyopterus lagocephalus (Teleostei: Gobiidae: Sicydinae), diadrome amphidrome (i.e. la migration entre les 2 milieux eau douce/océan n'est pas liée à la reproduction), pour lequel il s'agit de mieux comprendre les traits d'histoire de vie. En particulier, j'étudie l'importance des facteurs environnementaux (e.g. salinité, pression osmotique…) et physiologiques (e.g. différentes hormones comme T4, cortisol ou thiourée) sur le succès de la transition des larves, après éclosion, entre le milieu eau douce et l'océan.

Cette première étape du cycle de vie conditionne le succès de la phase marine dispersive de cette espèce à large répartition à travers l'Indo-Pacifique. Le contact avec l’eau de mer s’avère obligatoire pour que les pro-larves (i.e. individus à l’éclosion, en eau douce, avant d’atteindre la mer) poursuivent leur cycle de vie et se transforment en larves marines. Cette transition eau douce-océan conditionne l’ouverture de la bouche et de l’anus et donc la première prise alimentaire, ainsi que le développement des nageoires pectorales et des yeux.

A travers l’encadrement d’une thèse, on va également étudier le recrutement des juvéniles, appelés « bichiques » des 2 espèces de gobies amphidromes présentes à la Réunion (S. lagocephalus et Cotylopus acutipinnis (Teleostei: Gobiidae: Sicydinae)), afin de déterminer en particulier la variabilité de l’abondance du recrutement entre les différentes rivières de l’île, au cours d’une saison de recrutement, mais aussi entre les années. Les différences en âges et tailles des bichiques recrutant entre les différentes rivières au cours du temps sera analysée. La modélisation de la dispersion des larves avant le recrutement devrait permettre d’expliquer les tendances qui seront observées. En collaboration avec l’Université de la Réunion, on mènera une étude sociétale sur la pêche aux bichiques, ressource emblématique et fortement impactée par la pêche.

Enseignement et diffusion des connaissances

Responsable des UE de L2 :
2V314 : mathématiques et biostatistiques
2V463: écologie marine
J’enseigne en cours magistraux et en TD dans ces 2 UE

Chargée de TD dans les UE :
2V310 : écologie générale  (UE de L2)
LV373 : écologie et évolution  (UE de L3)

Chargée de cours magistraux et de TD dans l’UE :
MU001 : données statistiques et analyses de données (UE de M1)