Connexion utilisateur

Evolutionary aspects of cephalic sensory papillae of the Indo-Pacific species of Eleotris (Teleostei: Eleotridae)

8 juil 2019
Article à la Une
Lundi, Juillet 8, 2019 - 14:18
Isabelle MOUAS

Mennesson MI, Maeda K, Keith P. Evolutionary aspects of cephalic sensory papillae of the Indo‐Pacific species of Eleotris (Teleostei: Eleotridae). Zool Scr . 2019;00:1–13.
https://doi.org/10.1111/zsc.12366

Les espèces d'Eleotris (Teleostei : Eleotridae) font parties des poissons les plus communs dans les estuaires de l’Indo-Pacifique et les cours d'eau douce insulaires. Dans ces rivières, ce sont des prédateurs à l’affût. Ils présentent un cycle de vie amphidrome, c'est-à-dire que les adultes grandissent, se nourrissent et se reproduisent dans les rivières, tandis que les larves ont une phase de dispersion marine. Les larves recrutent de nouveau dans les rivières et s'établissent dans les habitats des cours d'eau. Les principaux caractères utilisés pour déterminer les espèces d'Eleotris sont la présence et la disposition des rangées de papilles sensorielles céphaliques sur l'opercule et sous les yeux, ainsi que le nombre de rangées d'écailles. La morphologie de ces papilles sensorielles céphaliques est particulièrement importante pour ce genre de prédateur car elle est généralement corrélée chez les poissons à la prédation et à l'alimentation.

Dans cet article, nous avons établi une phylogénie moléculaire du genre basée sur les 12 gènes codant pour les protéines mitochondriales pour discuter de la relation entre les espèces d'Eleotris de l’Indo-Pacifique. Il existe une dichotomie bien étayée dans la phylogénie moléculaire et cette séparation en deux clades principales est également morphologiquement visible, car elle révèle une différence dans la disposition des papilles sensorielles céphaliques. En effet, la phylogénie distingue l'espèce avec le motif "ouvert" des papilles sensorielles de l'opercule et l'espèce avec le motif "fermé". Cette phylogénie reflète donc la morphologie des papilles operculaires. L'évolution de ce caractère est discutée en termes d'adaptation du genre Eleotris à la vie dans les systèmes fluviaux insulaires tropicaux.

Contact BOREA : Marion Mennesson, marion.mennesson@mnhn.fr