Connexion utilisateur

LEMESLE Stephanie

Statut: 
Post-doctorant.e
Equipe: 
Equipe 5 : Diversité et Interactions dans les Ecosystèmes Côtiers
Responsable: 
A.M. Rusig
Contrat (dates): 
15 déc 2019 - 15 fév 2022
Localisation: 
Université de Caen Normandie
Caen
Financement: 
Co-financé par les Fonds européens de développement régional (FEDER)
Thèmes de recherche: 
  • Postdoctorante du 15/12/2019 au 15/02/2022 au sein de l'équipe RECAP

Sujet de recherche :  « RANTRANS Rapid reduction of Nutrients in Transitional waters »

« Le projet RANTRANS s'inscrit dans une volonté d'améliorer la qualité des eaux et de proposer des moyens d'actions durables pour lutter contre les problèmes liés à l'euthrophisation générale des milieux côtiers. La prolifération de certaines espèces dites opportunistes, telles que les algues vertes dans les milieux eutrophes, peut présenter des problèmes écologiques, économiques ou même de santé humaine non négligeables. Au sein de l'espace transmanche et sur deux sites par pays (en France et en Angleterre), une nouvelle technique de ramassage des échouages d'algues sera testée au cours du projet RANTRANS. Ces algues extraites du milieu serviront d'aliment de base pour la culture des vers polychètes devenant ainsi une nouvelle ressource alimentaire dans l'aquaculture. Des méthodes de réduction des concentrations en nutriments des eaux côtières à travers le développement de culture d'algue et l'exploitation ostréicole de l'huître européenne seront également mises en oeuvre. Le projet RANTRANS permettra de générer non seulement des bénéfices sociétaux et économiques à travers la création d'emplois en développant le potentiel commercial des algues, des huîtres et des aliments de l'aquaculture au niveau régional et permettra notamment d'améliorer la qualité écologique des masses d'eaux côtières et de transitions».

Co-financé par les Fonds européens de développement régional (FEDER)

 

  • Postdoctorante du 01/03/2017 au 31/08/2019 au sein de l'équipe RECAP

Sujet de recherche : Etude de la dynamique des échouages hétérospécifiques d'algues du littoral normand

Financement : Contrat AESN (Agence de l'Eau Seine Normandie)/Région

 

  • Doctorante du 01/10/2011 au 31/12/2015

Titre : Bioindicateurs du milieu marin : utilisation des macroalgues comme outil d’évaluation de la qualité biologique des eaux marines : réponse à une problématique d’échouages d’algues

Résumé : Afin de limiter et prévenir la dégradation des écosystèmes côtiers, il est nécessaire de développer des outils efficaces d’évaluation et de suivi de la qualité des milieux. Le potentiel de bioindication de la qualité des eaux par les algues a été évalué dans un contexte d’échouages d’algues à Grandcamp-Maisy et Courseulles-sur-Mer (Calvados). Ces accumulations estivales se caractérisent par une grande hétérogénéité qualitative (Rhodophyta, Phaeophyta, Chlorophyta) et quantitative et sont le fait de la proximité de platiers rocheux colonisés par les algues. Cependant leur biodiversité s’est avérée relativement pauvre en raison de la faible bathymétrie des estrans et de la présence de larges plages sableuses. L’évaluation de l’état des peuplements à partir de l’indicateur REBENT «macroalgues intertidales» a révélé une qualité «Moyenne» des eaux due en grande partie à la spécificité des estrans plats du Calvados. Un protocole d’évaluation plus adapté (QUEROSA) a donc été mis au point. Un suivi in situ à fine échelle des paramètres biologiques (δ15N, contenu N, δ13C) de six macroalgues a été réalisé sur les 2 sites d’échouage en 2012 et 2013. Contrairement aux points de référence océanique (Chausey) et fortement anthropisé (Seine), une variation saisonnière de la signature isotopique δ15N a été mise en évidence sur les 2 sites avec des δ15N faibles au printemps suggérant une entrée d’azote agricole et élevés en fin d’été liés à une entrée d’azote régénéré issu de la décomposition des algues épaves. La comparaison in situ du δ15N des différentes algues couplée à une étude in vitro ont permis de montrer la pertinence de l’utilisation de chaque espèce comme bioindicateur.

Mots-clés : Algues marines, Biodiversité, Indicateurs biologiques, Isotopes, Mer-Pollution, Baie de Seine (France)