Connexion utilisateur

MASSIOT GRANIER Felix

Statut: 
Post-doctorant.e
Equipe: 
Equipe 4 : Dispersion Larvaire et Organisation des communautés en Milieu Austral et Insulaire Tropical
Responsable: 
Guy Duhamel
Contrat (dates): 
1 jan 2019 - 31 mai 2020
Localisation: 
MNHN Paris
Financement: 
TAF
Thèmes de recherche: 

Titre du projet scientifique : Modélisation halieutique des pêcheries australes

 

Mes travaux de recherche au sein du MNHN portent sur la dynamique des populations halieutiques australes dans les ZEE de Crozet et Kerguelen ainsi que sur les implications en termes de gestion de cette ressource.

 Plus particulièrement, je recherche à évaluer l’impact de la pêche sur les populations de légine australe (Dissostichus eleginoides) en intégrant des données de pêches et de campagnes scientifiques (plusieurs années d’effort de pêche, de captures, de fréquence de taille, de marques conventionnelles relâchées ainsi que de nombreuses données de lectures d’âge par otolithométrie). Une part importante de mon travail est le développement d’outils méthodologiques nouveaux pour permettre une meilleure évaluation de ces stocks et la mise en place d’une gestion ecosystémique des pêches.

 Dans ce cadre, je travaille conjointement avec l’Australian Antarctic Division (Hobart, Tasmanie) qui assure le suivi scientifique des stocks halieutiques autour de Heard Island (dans la ZEE australienne). Cette collaboration permet d’échanger et partager des connaissances, notamment en modélisation, afin d’améliorer les modèles d’évaluation de stocks autour du plateau de Kerguelen auquel appartiennent les deux ZEE.

Titulaire d’un diplôme d’ingénieur agronome, spécialité halieutique et docteur en écologie, j’ai travaillé sur différentes thématiques d’écologie aquatique, ayant toutes eu pour enjeu de participer, directement ou indirectement, au développement d’une meilleure gestion des ressources ichtyologiques. J’ai ainsi successivement étudié la croissance des thonidés de l’Océan Indien, les conséquences à court et moyen termes d’une gestion au Rendement Maximum Durable des stocks halieutiques bretons, la dynamique de population de saumon Atlantique à l’échelle de son aire de répartition et l’impact du changement global sur les traits de vie et sur la migration des espèces aquatiques.