Connexion utilisateur

RAKOTOMALALA Christiane

Statut: 
Post-doctorant.e
Equipe: 
Equipe 5 : Diversité et Interactions dans les Ecosystèmes Côtiers
Responsable: 
Pascal Claquin
Contrat (dates): 
3 avr 2018 - 2 juil 2019
Localisation: 
Université de Caen Normandie (UCN)
Financement: 
GIP Seine-Aval
Thèmes de recherche: 

 

  • 3 avril 2018-2 juillet 2019 Post-doctorat

Projet de recherche  : Modélisation des processus biogéochimiques et de la production primaire microphytobenthique sur les vasières intertidales de l'estuaire de la Seine (projet PHARESEE).

Responsable : Pascal Claquin

  • 2 novembre 2016-30 juin 2017 Ingénieure de recherche

Projet de recherche  : Travail sur interaction sédiment-benthos pour intégrer dans modèle MARS3D à partir de base de données MABES (Estuaire de la Seine) – Projet GIP Seine aval BARBES.

Responsable : Francis Orvain

Ecole doctorale NBISE - Directeurs de thèse : Francis Orvain, Karine Grangeré

Sujet de thèseModélisation des interactions trophiques entre les producteurs primaires microphytobenthiques et la coque commune (Cerastoderma edule) au sein d’un écosystème estuarien : la Baie des Veys, Normandie, France

Les écosystèmes benthiques sont caractérisés par la complexité des interactions qui existent entre les divers composants du système. Dans cette étude, les interactions trophiques et non-trophiques entre la coque (Cerastoderma edule) et le microphytobenthos (MPB) ont été appréhendées par le biais de la modélisation. Le développement des coques a été analysé à l’aide d’un modèle écophysiologique. La reconstitution du signal trophique a mis en évidence qu’il était essentiel de prendre en compte la diversité alimentaire et que deux sources principales contribuaient au régime alimentaire des coques : le phytoplankton et le MPB. Un modèle de remise en suspension du MPB sous l’effet de la bioturbation des coques a également été développé. Les résultats montrent que la coque intervient significativement dans le processus de remise en suspension et que la biomasse de coques seule est suffisante pour déterminer la quantité de matière resuspendue. Une corrélation positive entre l’intensité de la remise en suspension et la taille des coques a également été observée. Enfin, un modèle de production primaire du MPB intégrant le processus de migration et la production d’EPS (substances exopolymériques) a été utilisé. Les résultats obtenus ont permis de valider le contrôle de la migration par le quota cellulaire interne C:N du MPB. Il a également été démontré que les nutriments peuvent être un facteur limitant la croissance du MPB et que la biodiffusion des nutriments par la faune permet de maintenir la production primaire microphytobenthique.

Mots-clés : Microphytobenthos, Cerastoderma edule, bioturbation, modélisation, diversité alimentaire, remise en suspension