Connexion utilisateur

Programmes de recherche internationaux

Equipe 3 : Adaptation aux Milieux Extrêmes

Equipe 4 : Dispersion Larvaire et Organisation des communautés en Milieu Austral et Insulaire Tropical

BIF

2016 - 2019

Avec près de 1200 espèces, les eaux intérieures de l'archipel indonésien illustrent les défis inhérents à la conservation des ressources halieutiques dans les régions tropicales.

La caractérisation de la diversité des espèces est une condition préalable à l'étude de la dynamique de l'ensemble de la communauté et le support des services écosystémiques. Cependant, l'utilisation croissante du séquençage de l'ADN a montré que des études de systématique moléculaire peuvent compléter la taxonomie établie en utilisant des caractères morphologiques.

Programme Mélanésie-Hotspot

2015 - 2020

Le principal objectif de ce projet est d’inventorier, dans le cadre des sites prioritaires du CEPF (Critical Ecosystem Partnership Fund), les poissons et crustacés d'eau douce dans les îles Salomon et le Vanuatu, afin de combler les lacunes identifiées lors de l'atelier de l'UICN Redlisting. Elle propose des solutions de gestion qui aideront les gestionnaires de l'environnement, les propriétaires fonciers, les communautés locales et toutes les personnes intéressées dans la gestion durable des eaux douces.

Ces travaux permettent de :

Equipe 5 : Diversité et Interactions dans les Ecosystèmes Côtiers

Equipe 6 : Source et Transfert de la Matière Organique en Milieu Aquatique

VuBleu

2019 - 2020

Dans les pays du Sud, le littoral est fortement impacté par la présence de grandes villes qui rejettent des eaux usées traitées dans de très faibles proportions. Ces rejets se traduisent par le développement de blooms phytoplanctonique dont la biomasse atteint des concentrations exceptionnellement élevées dans les zones les plus eutrophes et confinées. Ces milieux littoraux abritent aussi des écosystèmes de mangrove qui renferment des quantités importantes de « carbone bleu » dans leur sols.

BiEau-Amaz

2017 - 2018

L'utilisation de marqueurs géochimiques s'est fortement développée ces dernières années en géosciences et en écologie pour améliorer la compréhension du fonctionnement des hydrosystèmes. Dans le cadre du bassin Amazonien, les principales connaissances hydrogéochimiques sont fournies par l'observatoire HYBAM qui assure le suivi de différentes stations depuis plus de 10 ans. Les dimensions et la complexité du bassin rendent les suivis par prélèvements d'eau logistiquement et financièrement complexes, d'autant plus sur le long terme.

Equipe 6 : Source et Transfert de la Matière Organique en Milieu Aquatique, Equipe 7 : Biodiversité et Macroécologie

Pages