Development of an accurate model to predict the phenology of Atlantic salmon smolt spring migration

Articles à la une 28 oct 2020

Development of an accurate model to predict the phenology of Atlantic salmon smolt spring migration

Teichert, N., Benitez, J. P., Dierckx, A., Tétard, S., de Oliveira, E., Trancart, T., Feunteun, E. & Ovidio, M. (2020). Development of an accurate model to predict the phenology of Atlantic salmon smolt spring migration. Aquatic Conservation: Marine and Freshwater Ecosystems. DOI: 10.1002/aqc.3382

Les changements de calendrier de migration, liés à l'altération de la continuité des cours d'eau ou à l'effet du changement climatique, peuvent avoir des conséquences majeures sur la dynamique des populations de poissons amphihalins. La prévision des évènements de migration est donc d'une importance cruciale pour mettre en œuvre des actions de gestion visant à protéger les individus pendant leur migration. Dans cette étude, un suivi de 11 ans des smolts de saumon atlantique (Salmo salar) de la rivière Ourthe, en Belgique, a été analysé afin d'améliorer la compréhension de la migration en fonction des paramètres environnementaux.

Un modèle logistique a été ajusté pour prévoir la migration des smolts et pour calculer les indicateurs utiles à la gestion, c'est-à-dire le début, la fin et la durée de la migration, tout en tenant compte de l'influence de la photopériode, de la température et des conditions hydrologiques. Les résultats ont indiqué que les unités photo-thermiques accumulées par les smolts au-dessus d'un seuil de température de 7°C étaient un proxy pertinent pour refléter l'effet synergique entre la température et la photopériode. Après avoir intégré l'effet des pics de débit, le modèle a expliqué avec précision les variations interannuelles du moment de la migration (R² = 0,95). Les prévisions du modèle permettent d’identifier les périodes sensibles au cours desquelles des mesures d'atténuation doivent être menées pour favoriser la survie des smolts (ex. arrêt des turbines hydroélectriques, gestion des débits). Enfin, le modèle a été utilisé pour prédire la phénologie de la migration dans le cadre de scénarios de changement climatique. Les résultats suggèrent un effet conjoint des altérations hydrologiques et du réchauffement de l'eau. Une augmentation de la température comprise entre 1 et 4 degrés étaient associée à une migration plus précoce (6 à 51 jours plus tôt), alors que les crues printanières modifient la durée de la période de migration. En conséquence, les effets combinés de l’altération des régimes hydrologiques et de l'augmentation des températures pourraient entraîner une inadéquation entre l’arrivée des smolts en mer et des conditions de survie favorables.

 

Portrait de Nils TEICHERT
Nils TEICHERT
MNHN CRESCO Dinard
Contractuel de la recherche
BIOPAC
Muséum National d'Histoire Naturelle (MNHN)
Publié le 28 oct 2020
Mis à jour le 29 oct 2020