Soutenance de thèse de Morgane Bonadé : « Approche moléculaire et évolutive du développement des systèmes nerveux et visuels chez la seiche... », 2 décembre 2020

Réunions / Informations internes 2 déc 2020

Soutenance de thèse de Morgane Bonadé : « Approche moléculaire et évolutive du développement des systèmes nerveux et visuels chez la seiche... », 2 décembre 2020

Morgane Bonadé soutiendra sa thèse de doctorat intitulée :

« Approche moléculaire et évolutive du développement des systèmes nerveux et visuels chez la seiche Sepia officinalis (Cephalopoda) : les récepteurs dopaminergiques et les récepteurs photosensibles »
Date : Mardi 2 décembre 2020, à 14h

Lieu (sous réserve) : MNHN, Auditorium de la Grande Galerie de l'Evolution, 36 rue Geoffroy-Saint-Hilaire, 75005 Paris

Sous la direction de : Pr. Laure BONNAUD-PONTICELLI, Professeure, MNHN, Paris, Directrice de thèse

Devant le jury :

  • Pr. Michel VERVOORT, Professeur, Université de Paris, Rapporteur
  • As. Pr. Eve SEUNTJENS, Professeure associée, KU Leuven, Belgique, Rapportrice
  • Pr. Hervé TOSTIVINT, Professeur, MNHN, Paris, Examinateur
  • Dr. Kei YAMAMOTO, CR, Centre CNRS, Gif-sur-Yvette, Examinatrice
  • Dr. Mélanie DEBIAIS-THIBAUD, MCF, Université de Montpellier, Examinatrice
  • Dr. Yann BASSAGLIA, MCF, UPEC, Créteil, Invité

Résumé

Les céphalopodes, et en particulier Sepia officinalis, ont beaucoup été étudiés pour leurs comportements liés au système visuel et pour leurs capacités cognitives qui se mettent en place au cours de l’embryogenèse. Ainsi, l’objectif de cette thèse était d’identifier et de caractériser, à la fois les récepteurs photosensibles (opsines et cryptochromes) et les récepteurs dopaminergiques impliqués dans les processus de mémorisation et d’apprentissage, afin de mieux comprendre leur fonctionnement moléculaire et leur évolution chez la seiche. En ce qui concerne les récepteurs dopaminergiques, cette première étude a permis de caractériser phylogénétiquement trois familles de récepteurs chez la seiche et de confirmer fonctionnellement l’identification de deux d’entre eux. Ces récepteurs sont tous différentiellement exprimés dès l’embryogenèse dans les yeux ou les centres cognitifs. En ce qui concerne les récepteurs photosensibles, trois opsines (une r-opsine et deux rétinochromes), un cryptochrome et une arrestine visuelle semblent spécifiquement exprimées dans l’œil de l’embryon au moment de la mise en place du système visuel. Une partie de ces acteurs sont aussi présents dans d’autres organes photosensibles extraoculaires. Des acteurs potentiels de la cascade de phototransduction ont également été identifiés dans les yeux. Enfin une étude du système clock et de l’influence de la photopériode sur celui-ci et les molécules photosensibles a été initiée. La diversité des acteurs moléculaires des systèmes nerveux et visuels est ainsi mieux caractrérisée et des données sur leur expression dans plusieurs tissus et à différentes étapes du cycle de vie de la seiche sont maintenant disponibles. Ce travail ouvre la voie à des études de physiologie comparée et à l’étude de l’influence des facteurs environnementaux sur la mise en place de ces systèmes.

Portrait de Morgane BONADÈ
Morgane BONADÈ
MNHN Paris
Doctorante
EVOREG
Publié le 19 nov 2020
Mis à jour le 23 nov 2020