[Séminaires inter-sites BOREA] Étude des populations de raies dans la baie de Fort-de-France, par Benjamin de Montgolfier, jeudi 20 mai 2021

Réunions / Informations internes 20 mai 2021

[Séminaires inter-sites BOREA] Étude des populations de raies dans la baie de Fort-de-France, par Benjamin de Montgolfier, jeudi 20 mai 2021



Animation scientifique BOREA multi sites, les jeudis à partir de 16h (heure métropole), 10h (heure Antilles) en visioconférence

 

Séminaire scientifique 2020/2021 :  JEUDI 20 MAI 2021

Orateur : Benjamin de Montgolfier, directeur d’Aquasearch, Martinique

Titre : Étude des populations de raies dans la baie de Fort-de-France → Résumé

Suite à des remontées d’observations répétées, lors de survols en autogyre de la baie de Fort-de-France courant de l’année 2018, plusieurs individus appartenant à différentes espèces de raies ont été observés. Des prospections complémentaires ont permis de confirmer la présence de plusieurs espèces : raie pastenague et raie aigle ont été observées lors de la prospection sous-marine, ainsi que des silhouettes de raie du genre Mobula sp. aperçues lors de l’observation aérienne effectuée à 150 m d’altitude. Ces prospections ont été effectuées au-dessus des hauts fonds en fond de baie de la baie de Fort-de-France.

Aujourd’hui, il existe peu de connaissances sur les différentes espèces de Rajidae fréquentant les eaux martiniquaises et les raisons qui les amènent à se rapprocher des côtes et notamment dans le fond de la baie de Fort-de-France. Parmi les espèces citées ci-dessus, deux d’entre elles sont inscrites comme « quasi-menacé » pour la raie aigle et « vulnérable » pour la Mobula selon l’UICN. L'objectif de ce projet était d’améliorer les connaissances sur ces espèces emblématiques en Martinique et d’essayer de déterminer la fonctionnalité de ces hauts fonds dans le cycle de vie des différentes espèces de raies fréquentant cette zone.

Afin d'obtenir un inventaire précis des populations présentes et de leur niveau de fréquentation du site, nous avons couplé des observations aériennes et sous-marines, ainsi que des prélèvements ADNe sur une durée de six mois (idéalement de septembre à mars) afin d'avoir une première analyse des variations saisonnières par ces populations.

Les survols ont montré que 75% des individus observés étaient sur les hauts fonds. Par ailleurs, sur les 278 individus observés entre septembre et janvier, près de 50% des animaux étaient des raies léopard. Les raies pastenagues ont, quant à elles, été beaucoup plus observées durant les prospections sous-marines. Enfin, les premiers résultats des analyses ADNe, confirment non seulement la présence de raie léopard, et de raie pastenague, mais montre également la présence de raie pastenague violette, une espèce considérée comme rare en Martinique.

Les conditions environnementales semblent influer sur la présence des raies, en effet les animaux sont plus présents à mi- marée, lorsque le courant est le plus fort.

Les premiers résultats confirment une zone fonctionnelle pour plusieurs espèces de raies. Il reste à approfondir cette première étude afin de mieux comprendre l’utilisation de cet habitat par ces espèces.

Rendez-vous visio mensuels d’une durée totale d’environ 1h30, avec un temps de présentation de 20 à 30 mn, suivi d’un temps d’échange avec les participants.e.s. - Organisé par les chargés de mission 'Animation scientifique' Caen (Katherine Costil), Antilles (Etienne Bézault) et 'Sud' (Marc Pouilly).

Précédemment : Jeudi 8 AVRIL 2021 :  Séance 'Projets SUD' → Résumés

Calendrier des Séminaires

Livret des séminaires

Contact organisateurs : Katherine Costil (katherine.costil@unicaen.fr), Etienne Bézault (ebezault@univ-ag.fr) et Marc Pouilly (marc.pouilly@ird.fr).