A spatial food web model to investigate potential spillover effects of a fishery closure in an offshore wind farm

Articles à la une 29 sep 2020

A spatial food web model to investigate potential spillover effects of a fishery closure in an offshore wind farm

Eoliennes en mer, leur effet sur l’écosystème est étudié par Ecofunc - Bhart9070_Pixabay

A spatial food web model to investigate potential spillover effects of an offshore wind farm. Halouani G., Villanueva M.C., Raoux A., Dauvin J.C., Ben Rais Lasram F.,  Foucher E.,  Le Loc’h F.,  Safi G.,  Araignous E.,  Robin J.P.,  Niquil N.. Journal of Marine Systems, vol. 212, 2020, 103434. https://doi.org/10.1016/j.jmarsys.2020.103434

L’intérêt croissant du développement des parcs éoliens en mer se justifie par le fait qu’ils procurent une énergie renouvelable qui contribue à la réduction des émissions de carbone. En parallèle, il est important de mieux comprendre les effets de ces installations sur les écosystèmes marins côtiers. Cet article étudie quel serait l’effet d’une fermeture d’un parc éolien à la pêche en phase d’exploitation. Nous avons construit un modèle spatialisé de la Baie de Seine (méthode Ecospace, de la série Ecopath with Ecosim). Puis nous avons simulé ce qu’il se passerait si la fermeture partielle à la pêche était étendue à l’ensemble de la surface, afin de caractériser l’effet réserve sur le fonctionnement du réseau trophique. Nos simulations montrent  qu’une telle fermeture augmenterait les captures dans la zone « de débordement » qui entoure le parc. Cette augmentation s’accompagnerait d’une légère augmentation en proportion des espèces de haut niveau trophique. Cet effet de débordement serait cependant limité dans l’espace.

Portrait de Nathalie NIQUIL
Nathalie NIQUIL
UCN Caen
Directrice de recherche
ECOFUNC
Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
Publié le 29 sep 2020
Mis à jour le 29 sep 2020