A la Une. Programme LAMENTIN. Effet de l'eutrophisation et rôle des crabes violonistes sur la matière organique particulaire, le carbone bleu et les émissions gaz à effet de serre dans la mangrove du Lamentin (Martinique)

Projet à la Une 4 mai 2023

A la Une. Programme LAMENTIN. Effet de l'eutrophisation et rôle des crabes violonistes sur la matière organique particulaire, le carbone bleu et les émissions gaz à effet de serre dans la mangrove du Lamentin (Martinique)

Les mangroves jouent un rôle essentiel dans la séquestration du carbone. En effet, elles sont considérées comme un puits de carbone dont l’efficacité de stockage est bien plus importante que toute autre type de forêt dans le monde (Donato et al., 2011). Cet écosystème participe ainsi à l’atténuation des effets du changement climatique induits par les gaz à effet de serre. Malgré une surface relativement modeste (environ 0,7 % du total des forêts intertropicales dans le monde d’après Giri et al., 2011), ces zones humides côtières et estuariennes sont caractérisées par une forte production primaire (à plus de 218 Tg C a-1 ; Bouillon et al., 2008) et un important réservoir de carbone estimé à 14% de la séquestrations du carbone océanique globale (Alongi, 2014) . Ce carbone capturé par un écosystème marin est connu sous le terme de carbone bleu. Plus largement, les mangroves sont aussi des sources de carbone organique et inorganique pour les zones côtières intertropicale et participent significativement au maintien d'une importante production primaire et secondaire aquatiques.

Les mangroves subissent des pressions anthropiques de plus en plus fortes qui affectent les régimes hydrologiques et les fonctionnalités des côtes et des estuaires en zone intertropicale. Ainsi, le développement de fermes de crevetticulture ou encore l’augmentation de l’urbanisation sur le littorale induisent la pollution organique du milieu. Elle provoque son eutrophisation en accélérant la prolifération d’algues entrainant l’accumulation de matière organique (MO). Cet apport de MO labile augmenterait le taux de minéralisation de la MO réfractaire et éventuellement son enfouissement. Ce phénomène de sur-minéralisation de la MO du sol est nommé « priming effect ». Il contribue aux émissions de dioxyde de carbone (CO2), un gaz à effet de serre, et pourrait être intensifié en cas d’eutrophisation. Concernant l'autre gaz remarquable à effet de serre, le méthane (CH4), il persiste encore de nombreuses incertitudes sur son bilan au sein de cet écosystème (Chen et al., 2010). Cependant l’émission de ces gaz vers l’atmosphère est modifiée par l’activité des crabes, notamment par la présence de galeries (Kristensen et al., 2008). De même, ces décapodes, et plus particulièrement les crabes violonistes (Ocypodidae), ont un rôle dans la distribution de MO dans le sédiment de subsurface (Natálio et al., 2017).

L'objectif principal de ce programme est de mettre en évidence l'effet de l'eutrophisation sur la qualité de la MOP disponible, son stockage (carbone bleu) et son utilisation par les consommateurs (crabes principalement) sur le fonctionnement de l'écosystème, et plus largement sur la dynamique des gaz à effet de serre, au sein de la mangrove du Lamentin en Martinique.


Mots-clefs : Carbone bleu, Mangrove, Crabes, Eutrophisation

Avec le soutien de : CCIE