Connexion utilisateur

Dietary aquaculture by-product hydrolysates: impact on the transcriptomic response of the intestinal mucosa of European seabass (Dicentrarchus labrax) fed low fish meal diets

17 déc 2018
Article à la Une
Mardi, Décembre 18, 2018 - 08:00
Isabelle MOUAS

Leduc, A., Zatylny-Gaudin, C., Robert, M., Corre, E., Le Corguille, G., Castel, H., Lefevre-Scelles A., Fournier V., Gisber E., Andree K.B. et Henry, J. (2018). Dietary aquaculture by-product hydrolysates: impact on the transcriptomic response of the intestinal mucosa of European seabass (Dicentrarchus labrax) fed low fish meal diets. BMC Genomics, 19(396), 1–20. https://doi.org/10.1186/s12864-018-4780-0

La production aquacole devrait doubler d’ici 2030, et la demande en aliments aquacoles et en matières premières devrait augmenter en conséquence. Une aquaculture soutenable exigera le développement de matières premières hautement nutritives et fonctionnelles pour remplacer efficacement la farine de poisson. Le but de cette étude était de déterminer les performances zootechniques et transcriptomiques des hydrolysats de protéines de coproduits de différentes origines (tilapia, crevettes et une combinaison des deux) chez le bar européen (Dicentrarchux labrax) nourri pendant 65 jours avec un régime alimentaire pauvre en farine de poisson (5%).

Les résultats ont été comparés à ceux obtenus avec un granulé standard contenant 20% de farine de poisson (témoin positif). Les performances de croissance, l'organisation histologique de l'intestin antérieur et les réponses transcriptomiques ont été analysées. L'inclusion des hydrolysats de protéines dans un régime pauvre en farine de poisson restaure des performances de croissance similaires à celles du témoin positif. L’inclusion de l’hydrolysat de crevettes conduit à une hauteur de villosités intestinales plus importante et à davantage de cellules caliciformes que le contrôle positif. L'analyse transcriptomique de l'intestin antérieur montre que l'inclusion d’hydrolysats induit un profil d'expression des gènes intestinaux très proche de celui du contrôle positif. Cependant, par rapport au régime alimentaire pauvre en farine de poisson et selon leur origine, les différents hydrolysats ne modulent pas les voies métaboliques de la même manière. L'inclusion de l'hydrolysat de crevettes module davantage de voies de signalisation liées à l'immunité, tandis que le métabolisme nutritionnel est davantage influencé par l'hydrolysat de tilapia. De manière intéressante, la combinaison des deux hydrolysats améliore les bénéfices de l'inclusion de chaque hydrolysat dans les régimes alimentaires : davantage de gènes et de voies métaboliques sont régulés par la combinaison des hydrolysats que par chaque hydrolysat testé indépendamment.

Les hydrolysats de protéines produits à partir de coproduits aquacoles sont des candidats prometteurs pour participer au remplacement de la farine de poisson dans les aliments aquacoles sans perturber le métabolisme et les performances des animaux.

Contact : Joël HENRY, joel.henry@unicaen.fr