SOLACE

Période
2021 - 2023
Equipe(s)
SOMAQUA
Type de financement
Européen
Collaboration scientifique
France
Contact(s)

Membres impliqués

réSilience de la mOuLe commune Mytilus edulis aux perturbations ClimatiquEs et anthropiques dans le Parc naturel marin des estuaires picards et de la mer d’Opale

Description

La moule commune Mytilus edulis est un mollusque bivalve qui vit sur les substrats durs naturels et anthropiques de la zone de balancement des marées dans les eaux tempérées à tempérées froides de l’Atlantique Nord. La capacité de cette espèce à former des agrégats (moulières) — qui peuvent contenir jusqu’à plusieurs milliers d’individus par mètre carré sur des épaisseurs allant jusqu’à 30 cm — lui confère un statut d’espèce ingénieure de l’écosystème et donc un rôle écologique majeur. Les moulières créent un habitat qui reste humide à marée basse, offrant une protection contre l’action des vagues à marée haute. Elles augmentent la complexité de l’habitat rocheux (et par voie de conséquence la surface de substrat colonisable et la quantité de nourriture disponible) et offrent un refuge contre la prédation à de nombreux invertébrés. Les moulières sont ainsi souvent caractérisées de hotspots de biodiversité.

Dans les Hauts-de-France (HdF), les moulières de M. edulis revêtent une importante dimension économique et patrimoniale via la pêche à pied  professionnelle et de loisirs : les moulières naturelles produisent entre 150 et 225 t/an et la mytiliculture 2000 t/an, soit une valeur commerciale de plus de 10 millions d’euros. Depuis la fin de l’été 2018, des mortalités massives de M. edulis (jusqu’à 95% de perte de volume sur certaines moulières) ont dévasté la plupart des gisements naturels de la Région HdF.

Nos travaux préliminaires suggèrent un effet de la température sur ces mortalités (1) directement via une répétition des épisodes de fortes chaleurs de l’été 2018 et (2) indirectement via un affaiblissement physiologique à l’origine d’une fragilisation de l’attachement des moules à leur substrat, induisant une vulnérabilité accrue à l’action des vagues. Ces aspects sont d’une importance capitale pour la survie de l’espèce et, de facto, pour l’économie locale, M. edulis étant listée dans l’annexe 5 OSPAR des espèces et des habitats menacés ou en déclin (malgré une croissance de 5.4%/an depuis 2001 le long des côtes atlantiques).

L’objectif du projet SOLACE est d’améliorer nos connaissances scientifiques des réponses physiologiques, biologiques et écologiques des moulières de la Région HdF aux forçages climatiques (e.g. fréquence/intensité des épisodes extrêmes de froid et de chaud) et anthropiques (e.g. capacité des moules de taille inférieure à la taille commerciale à se refixer après avoir été délogées de leur substrat, effets du piétinement).

Contact BOREA: Eric GOBERVILLE, MCF Sorbonne University - eric.goberville@upmc.fr

Coordination: Laurent SEURONT, CNRS-LOG - laurent.seuront@cnrs.fr

Funding bodies: European Union (FEAMP)


 

Partenaires
  • Laboratoire Océanologie et Géosciences - UMR8187 - Université de Lille
  • Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins
  • Comité Régional de la Conchyliculture
  • Office Français de la Biodiversité