Bienvenue aux nouveaux entrants

Réunions / Informations internes 1 jan 2022

Bienvenue aux nouveaux entrants

Bienvenue aux nouveaux arrivants dans BOREA !

 

  • Nicolas Roth, technicien gestionnaire administratif IRD, a rejoint l'équipe des gestionnaires de BOREA, au MNHN Paris le 1e décembre 2021, sous la responsabilité de Laëtitia Aprile Larand, après avoir réussi le concours externe IRD. Il travaillait auparavant en CDD à la Délégation IRD Ile de France en tant que gestionnaire financier et comptable au Service financier.

Contactnicolas.roth@mnhn.fr

 

    • Mélissa Narayaninsamy  est doctorante au sein de l'équipe SOMAQUA depuis  le 1er novembre 2021, au MNHN Paris ; elle effectue sa thèse sous la responsabilité de Tarik Meziane et Gwenaël Abril.

    Titre du projet scientifique : « Effet de l'eutrophisation sur le fonctionnement de l'écosystème de la mangrove du Lamentin (Martinique) : rôle de la matière organique particulaire disponible, carbone bleu et dynamique des gaz à effet de serre ».

    « Les mangroves jouent un rôle important dans la séquestration du carbone bleu. En effet, elles sont considérées comme un puits de carbone permettant d’atténuer les changements climatiques induits par les gaz à effet de serre. Le carbone bleu est un terme utilisé pour décrire le carbone capturé par les océans et les écosystèmes côtiers. L’apport de matière organique labile, telle que la matière organique d’origine algale, a tendance à modifier et plus généralement augmenter le taux de minéralisation de la matière organique réfractaire. Ce phénomène, nommé « priming effect », contribue aux émissions de dioxyde de carbone par les écosystèmes côtiers. L’eutrophisation entraîne une production primaire accélérée comprenant la prolifération des algues, l’accumulation de matière organique et la consommation excessive d’oxygène. Le priming effect pourrait être intensifié par l’apport accru de matière organique labile lié au phénomène d’eutrophisation.

    La mangrove d'estuaire, écosystème à fortes contraintes physiques (marées, tempêtes,..) abrite une diversité végétale et animale remarquable. Par ailleurs, et malgré la surface relativement modeste des mangroves dans le monde (environ 0,5% des zones côtières), ces zones humides sont caractérisées par une forte production primaire (à plus de 218 TgC.an-1) et participent significativement au maintien d'une importante production secondaire aquatique. L'importante biomasse des palétuviers et leurs propriétés physiologiques intrinsèques font de cet écosystème, en dépit des faibles surfaces colonisées, un important réservoir de carbone, estimé à 15% du stockage global. De fait, les palétuviers mais aussi les sédiments des mangroves sont aujourd'hui reconnus comme des puits de captation de CO2 atmosphérique mais aussi des sources de carbone organique et inorganique pour les zones côtières intertropicales. Concernant l'autre gaz remarquable à effet de serre, le CH4, il persiste encore de nombreuses incertitudes sur son bilan au sein de cet écosystème.

    Les mangroves subissent aussi des pressions anthropiques de plus en plus fortes qui affectent les régimes hydrologiques et les fonctionnalités des estuaires en zone intertropicale. De plus, la déforestation de mangroves pour l'aquaculture ou l'agriculture et la concentration sur le littoral de populations sans épuration d'eaux usées, altèrent la qualité du milieu, la disponibilité en nutriments, la diminution de l'oxygène dissous dans la colonne d'eau et la balance entre production et respiration. Toutes ces perturbations ont un impact sur les échanges des gaz à effet de serre (CO2 et CH4) dans les eaux et les sédiments de la mangrove et sur son fonctionnement tel qu'observé à travers le changement qualitatif de la Matière Organique Particulaire (MOP) des eaux et des sédiments et sur la structure du réseau trophique.

    L'objectif principal de cette thèse est de mettre en évidence l'effet de l'eutrophisation sur l'origine et la qualité de la MOP disponible, son stockage (carbone bleu) et son utilisation par les consommateurs (crabes principalement) sur le fonctionnement de l'écosystème, et plus largement sur la dynamique des gaz à effet de serre, au sein de la mangrove du Lamentin en Martinique. ».

    Contact : melissa.narayaninsamy@mnhn.fr