Connexion utilisateur

Bienvenue aux nouveaux entrants

14 déc 2018
Réunions/Informations internes
Mardi, Décembre 11, 2018 - 15:15
Isabelle MOUAS

Bienvenue aux nouveaux arrivants dans l'UMR  BOREA !

  • Après avoir soutenu sa thèse de doctorat en juillet 2017 (Equipe 5 UMR BOREA), Solène Avignon a réintégré l'UMR BOREA en tant que chargée d'études le 1e octobre 2018 (Responsable Stéphanie Auzoux-Bordenave, Equipe 4), pour 8 mois, jusqu'au 3 mai 2019.

Titre du projet scientifique : «  Impact de l’acidification des océans sur l’ormeau européen, Haliotis tuberculata »

«  Mes recherches actuelles se concentrent sur l'étude de l'impact de l'acidification des océans sur l'ormeau Haliotis tuberculata, dans le cadre du programme ICOBio. Mon travail porte sur l'analyse de données issues d'expérimentations antérieures où des individus adultes ont été exposés à deux conditions de pH, actuelle (pH 8.0) et future (pH 7.7, -0.3 unité pH selon scénario RCP 8.5). L'objectif de ma mission est d'analyser les résultats obtenus sur les réponses physiologiques et comportementales. De nombreuses données ont été acquises et se doivent maintenant d'être analysées (biométrie, biomécanique, microscopie, ...). Aussi, quelques analyses biologiques et microscopiques complémentaires seront réalisées afin de compléter le jeu de données actuel. Enfin, ces résultats seront valorisés à travers la rédaction d'articles scientifiques ». 

Contact solene.avignon@mnhn.fr

 

  • Laetitia Dupuy, doctorante à l'Université des Antilles, Martinique a intégré récemment l'UMR BOREA, au sein de l'équipe 1. Elle est encadrée par Frank Dolique qui a rejoint l'UMR en juillet 2018. Elle a débutée sa thèse en septembre 2017.

.

Titre du projet scientifique :« L'évolution des anses littorales martiniquaises : détermination des rythmes et les processus en jeu »

« Cette thèse propose une étude de plusieurs facteurs qui régissent l’évolution des plages, dont les phénomènes naturels tel que les conditions de forçage (vent, houle, courantologie), les phénomènes paroxysmiques comme les cyclones, les ondes tropicales, l’impact des échouages de Sargasses depuis 2011, les changements climatiques et l’impact anthropique (littoralisation, aménagements, déforestation etc.).Dans ce cadre, l’étude propose de mettre en place un observatoire de l’évolution des anses littorales à l’échelle de la Martinique.Une fois avoir  déterminé les rythmes et processus en jeu je pourrai mettre en place des solutions adaptées pour les anses qui subissent de fortes érosions. Mais pour cela il faut avoir une approche multiscalaire :

  • Une cartographie du trait de côte : cette technique permet d’avoir une vision sur le long terme de l’impact des différents agents à l’origine de l’évolution des plages. Les logiciels Mobi Tc et DSAS seront utilisés. Ils permettent de réaliser des calculs statistiques des taux d’évolutions à partir des différents traits de côte. 
  • Une surveillance topographique des plages  à l’aide d’un DGPS
    • Profils de plages : Ils sont réalisés chaque mois et permettent d’étudier l’impact des saisons sur les plages (saisons cyclonique, d’alizée, sèche)
    • Mise en place de Modèles Numériques de Terrain : 2 mesures par an sont réalisées. Une durant la saison pluvieuse l’autre durant la saison sèche.
  • Un suivi photographique fixe mensuel  sera mis en place pour avoir des données qualitatives et quantitatives de l’impact des saisons
  • Une caractérisation photogrammétrique des plages par usage de drones ce qui permettra d’avoir des MNT sans impact de l’homme sur le milieu.  Grâce à des images multispectrales nous pourrons également caractériser tous objets faisant partie du paysage plage ». 

Contact laetitiadupuy08@gmail.com

 

  • Julie Gaubert est arrivée en tant que postdoctorante le 1e décembre 2018 dans l'équipe 6 à la Station marine de Concarneau.

Titre du projet scientifique : «  Projet BIO-Tide (www.bio-tide.eu) -  Etude de la diversité métabolique des biofilms à diatomées dans les sédiments intertidaux et les relations avec le fonctionnement de ces écosystèmes »

« Le travail de recherche s'intègre dans le projet BIO-TIDE et META-TIDE visant à étudier la diversité métabolique des biofilms à diatomées dans les sédiment intertidaux et les relations avec le fonctionnement de ces écosystèmes. Cet axe de recherche vise notamment à mettre au point un protocole d'analyse métabolomique en chromatographie gazeuse couplée à la spectrométrie de masse (GC-MS) et en chromatographie liquide couplée à la spectrométrie de masse (LC-MS), dans le but de quantifier et d'identifier des métabolites dans ces biofilms, notamment en fonction de différentes conditions environnementales (exemples : hauteur des marées, sites de collectes) ». 

Contact : julie.gaubert@mnhn.fr